L'ambition et la confiance en soi
sont les premières étapes vers le succès

Biais de négativité et Coronavirus
03/03/2020

Biais de négativité et Coronavirus

Bon, je ne vous ferai pas l'affront de vous parler de ce virus qui prend 99% de l'espace médiatique en ce moment.

En revanche, je vais vous parler d'un biais que nous possédons tous : le biais de négativité. Nous avons tous une tendance à surévaluer les événements négatifs par rapport au positif !

Par exemple, on se souvient tous de la tempète de l'an 2000 ou bien du virus H1N1. En revanche, seriez-vous capable de me citer le mois le plus doux que vous avez vécu depuis ces dix dernières années ?

Et bah voilà, c'est ça le biais de négativité. Mais alors que vient faire le coronavirus la dedans ? Et bien le biais de négativité est hyper présent. On ne voit que les gens qui sont décédés... Il y a quasiment un article par personne décédé. Et c'est à peine si on parle de ceux qui ont guéri. Cela créé une ambiance où on l'impression que le virus est mortel à 50% alors qu'il l'est uniquement aux alentours des 2%. Si vous ajoutez le fait que notre cerveau est très mal calibré pour comprendre les petits pourcentages (qu'il perçoit plus élevé) et la peur et vous voilà avec un début de psychose...

Mais au final, dans ce cas précis, le danger, même limité étant bien présent, l'ensemble de ces biais naturels à une tendance à nous surprotéger. C'est grâce à la peur que nous allons mieux nous protéger, faire plus attention. Tout cela est positif, si on ne tombe pas dans la psychose.

En revanche, le biais de négativité peut-être très dérangeant quand il n'y a pas de réel danger. Par exemple dans le sport.

Retour
Top